Manger bio est-il dangereux pour la planète ?

Manger bio est-il dangereux pour la planète ?

[Fonte: Le Figaro]

L’agriculture biologique pourrait avoir des effets très néfastes sur le climat, en contribuant à une augmentation du CO2 dans l’atmosphère.

Alors que les bienfaits du bio pour notre santé font débat dans la communauté scientifique, un article publié dans la revue Nature en décembre dernier démontre que l’agriculture biologique aurait un impact négatif sur le réchauffement climatique. Dans ces travaux dont Le Figaro s’était déjà fait l’écho, les scientifiques montrent que les cultures biologiques relâchent plus de CO2 que les cultures traditionnelles. Les rendements moins élevés demandent davantage de surface pour permettre aux plantes de pousser, causant donc une déforestation plus importante.

» LIRE AUSSI – Une «association» entre aliments bio et baisse du risque pour deux cancers

«Nous avons construit nos travaux en supposant une consommation alimentaire mondiale inchangée», explique Patrice Dumas chercheur au Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (CIRED) à Nogent-sur-Marne et coauteur de l’article publié dans Nature. «Le cœur du problème est la quantité de terres utilisées. Pour répondre à la demande, une production 100% biologique demanderait plus de terres et entraînerait une plus grande déforestation. Le CO2 stocké dans les forêts serait alors libéré dans les airs.» L’agriculture biologique présente un rendement plus faible que l’agriculture conventionnelle, qui, pour être compensé, doit donc s’étendre sur une plus grande surface. Or les forêts permettent de stocker une partie du CO2 et d’empêcher sa libération dans les airs.

Les cultures biologiques prennent plus d’espace pour un rendement égal. Chalmers University of Technology

Les forets permettent de stocker le CO2

«Notre étude montre que les petits pois biologiques cultivés en Suède ont un impact sur le climat environ 50% plus important que ceux cultivés de manière conventionnelle», déclare le premier auteur de l’étude, Stefan Wirsenius, de l’Université de technologie Chalmers, en Suède. «Pour certains produits alimentaires, la différence est encore plus grande: par exemple, avec le blé d’hiver biologique suédois, la différence est plus proche de 70%».

Jusque-là, peu d’études avaient montré à quel point le stockage du carbone par les plantes et le sol affecte l’impact de l’agriculture biologique sur l’environnement, tant pour les produits carnés que végétaux. «La consommation de viande et de lait issu de l’agriculture biologique est sans doute la plus coûteuse d’un point de vue climatique», explique Patrice Dumas. «Particulièrement les cultures bovines qui demandent de vastes pâturages pour les nourrir. Le plus efficace pour réduire la libération de CO2 dans notre alimentation est pour cette raison de diminuer la quantité de viande.» En ce sens, le régime carné et la consommation de lait sont de loin les plus gourmands en carbone. Que les animaux soient étiquetés biologique ou non, car l’efficience animale en agriculture biologique n’est pas particulièrement différente de celle en conventionnel.

Une consommation plus équilibrée

Faut-il donc arrêter de faire ses courses au Biocoop pour lutter contre le réchauffement climatique? «Nos travaux ne traitent qu’un seul aspect des cultures bio», nuance Patrice Dumas. «Dans les cultures traditionnelles, l’utilisation de pesticides est très dangereuse pour la biodiversité, et sans doute aussi pour la santé. Il ne s’agit pas pour nous de dire: arrêtons le bio, mais de bien regarder les impacts de notre façon de consommer.» Si toute la consommation alimentaire se porte vers les produits issus de l’agriculture biologique, sans s’accompagner d’une réduction de la demande, les conséquences pour le climat seraient donc catastrophiques.

«C’est en fait une question d’équilibre», continue Patrice Dumas. «Il faut s’avoir adapter en fonction des territoires. Dans les milieux plus arides, par exemple, les ruminants se déplacent et se nourrissent de la flore naturellement présente. Il n’y a pas de grands pâturages, donc très peu de conséquences sur le CO2 émis. En revanche, les pâtures en zones tempérées et tropicales prennent le pas sur les zones forestières. Le vrai nœud du problème, c’est de substituer une partie de notre consommation animale qui n’a eu de cesse d’augmenter depuis les années 60, par des légumineuses, aussi riches en protéines.»

Comente este artigo

O artigo Manger bio est-il dangereux pour la planète ? foi publicado originalmente em Le Figaro

Anterior Declaração de Existências de Ovinos e Caprinos é este mês
Próximo Carnalentejana. Gama de produtos continua a crescer

Artigos relacionados

Internacional

Suben los precios de los alimentos un 0,3 %

Los precios de los alimentos y bebidas no alcohólicas subieron en mayo el 0,3 % respecto al mes anterior, debido al incremento de las frutas frescas (+6 %) y, en menor medida, por la carne (+0,5 %) y los aceites y grasas (+2,3 %).

EFEAGRO

Así […]

Internacional

Marché des grains Agritel veut faire de Paris une place de marché incontournable en Europe

« Jusqu’à présent, il fallait toujours se déplacer dans d’autres capitales européennes pour assister à des rencontres de ce type. Avec le Paris Grain Day, nous souhaitons que Paris soit aussi une place incontournable sur le marché des grains », explique Pierre Begoc, directeur du Paris Grain Day et responsable du développement international chez Agritel. […]

Internacional

Près de 150 exploitations bio dans le pays d'Auge

Depuis deux ans, le nombre d’exploitants agricoles en conversion bio ne cesse d’augmenter dans le pays d’Auge. En raison de la crise, mais surtout la résultante de véritables choix.
« Depuis 2015, on a eu une cinquantaine conversions en bio dans le pays d’Auge, rapporte Stéphanie Esneault, […]