Glyphosate: un rapport parlementaire estime que rien ne prouve sa cancérogénicité

Glyphosate: un rapport parlementaire estime que rien ne prouve sa cancérogénicité

[Fonte: Le Figaro]

Un rapport parlementaire qui promet d’être explosif sera dévoilé jeudi. Pierre Médevielle, sénateur de Haute-Garonne, a confié à la Dépêche du Midi les conclusions de cette enquête et affirme que le principe actif du Roundup fabriqué par Monsanto est «moins cancérogène que la charcuterie ou la viande rouge».

Le débat sur les conséquences du glyphosate sur la santé est loin d’être tranché. Un rapport parlementaire explosif qui sera dévoilé ce jeudi pourrait d’ailleurs le relancer. Alors qu’une large majorité de Français réclament son interdiction (81% des personnes interrogées par Odoxa estiment qu’il faut «interdire le glyphosate»), un rapport de sénateurs qui sera publié jeudi estime qu’aucune «étude scientifique ne prouve formellement sa cancérogénicité, ni en France, ni en Europe ni dans le monde», confie Pierre Médevielle, sénateur de Haute-Garonne, dans un entretien à La Dépêche du Midi . Le parlementaire centriste ajoute: «A la question: Le glyphosate est-il cancérogène, la réponse est non! Il est moins cancérogène que la charcuterie ou la viande rouge qui ne sont pas interdites».

» LIRE AUSSI – Le glyphosate, un faux problème de santé publique

L’élu dévoile ainsi les grandes lignes de l’enquête menée par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) sur le glyphosate qu’il copréside. Le rapport a été commandé par les commissions des Affaires économiques et du développement durable pour établir la nature cancérogène ou non du principe actif du Roundup fabriqué par Monsanto.

Leurs conclusions vont dans le sens d’une récente publication de l’agence américaine de protection de l’environnement. Le 30 avril dernier, l’institution a déclaré que le glyphosate n’était pas cancérigène pour l’être humain. «L’EPA continue de constater qu’il n’y a pas de risques pour la santé publique lorsque le glyphosate est utilisé dans le respect des normes et que le glyphosate n’est pas cancérigène», écrit l’agence dans un communiqué. Elle recommande cependant de nouvelles mesures d’utilisation pour réduire son risque environnemental et notamment l’impact de l’herbicide sur les insectes pollinisateurs.

Des conclusions loin de faire l’unanimité

Ces conclusions vont toutefois à l’encontre des dernières décisions de justice. De fait, la justice américaine a récemment reconnu à nouveau le rôle du désherbant dans le déclenchement du cancer d’Edwin Hardeman. Le septuagénaire californien estime que son utilisation régulière du désherbant Roundup de Monsanto pendant près de trente ans est responsable de son lymphome non-hodgkinien. En août 2018, un tribunal de l’État de Californie avait déjà condamné la firme Monsanto à verser 289 millions de dollars (253 millions d’euros) à Dewayne Johnson, un jardinier atteint du même lymphome, jugement dont Bayer a fait appel.

La molécule avait en outre été classée en 2015 comme probablement cancérigène par le Comité international de recherche sur le cancer (CIRC), une émanation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’avis avait toutefois été critiqué par une partie de la communauté scientifique.

» LIRE AUSSI – Un risque de cancer possible pour les utilisateurs les plus exposés au glyphosate

Au sein de la sphère politique, les déclarations du sénateur Pierre Médevielle sont également loin de faire l’unanimité. Nathalie Loiseau, tête de liste La République En Marche, affirme qu’un «sénateur nous dit qu’il vaut mieux le glyphosate que le saucisson… Je trouve cela un petit peu léger». De son côté, le député européen Europe Ecologie les verts, José Bové, évoque auprès de La Dépêche du Midi un «révisionnisme environnemental» venu des États-Unis: «Quand certaines personnes affirment que le glyphosate n’est pas dangereux, c’est comme celles qui prétendent que le réchauffement climatique est un fantasme. Ce discours ne tient pas la route».

En Europe, la France, la Hongrie, les Pays-Bas et la Suède sont chargés d’évaluer l’herbicide. Ils doivent rendre un rapport en juin 2021.

Comente este artigo

O artigo Glyphosate: un rapport parlementaire estime que rien ne prouve sa cancérogénicité foi publicado originalmente em Le Figaro.

Anterior Cotações – Azeite – Informação Semanal – 6 a 12 Junho 2019
Próximo Agricultura é responsável por 70% do trabalho infantil

Artigos relacionados

Internacional

EU merges school fruit, vegetables and milk schemes

All set! This article has been sent to my@email.address.

All fields are required. For multiple recipients, separate email addresses with a semicolon.
Please Note: Only individuals with an active subscription will be able to access the full article. All other readers will be directed to the abstract and would need to subscribe. […]

Notícias PAC pós 2020

Consenso político: El diseño de los planes estratégicos de la PAC avanzan «muy bien» y con cooperación

[Fonte: Agroinformacion – PAC]
El ministro de Agricultura, Pesca y Alimentación en funciones, Luis Planas, ha asegurado que los trabajos para diseñar los planes estratégicos nacionales de la futura Política Agraria Común (PAC) avanzan «muy bien» y con una «gran cooperación» entre el Gobierno y las comunidades autónomas. […]

Internacional

Agriculture de conservation Frédéric Thomas, agriculteur, partage son expérience du semis direct

Frédéric Thomas, agriculteur, partage ses connaissances des sols et de l’agriculture de conservation. (©Regenacterre) 
Le 28 juin 2017, un agriculteur spécialiste des techniques culturales simplifiées, a tenu une conférence à Corroy-le-Grand en Belgique. Ce producteur français travaille depuis plus de 20 ans en semis direct. […]