L’industrie de la pêche laisse sous l’eau 640.000 tonnes de matériel par an

L’industrie de la pêche laisse sous l’eau 640.000 tonnes de matériel par an

10 % des matières plastiques qui polluent les mers sont originaires de la pêche.

Les filets abandonnés tuent annuellement 100.000 baleines, dauphins, otaries, phoques et autres tortues, estime l’ONG World Animal Protection.

Les filets abandonnés tuent annuellement 100.000 baleines, dauphins, otaries, phoques et autres tortues, estime l’ONG World Animal Protection. 191131771/Richard Carey – stock.adobe.com

Après l’agriculture et ses intrants polluants, c’est au tour de l’industrie de la pêche de subir les foudres des ONG. Greenpeace mène campagne afin que les pêcheurs soient contraints de récupérer leur matériel ou carrément de payer une taxe au cas où ils «oublieraient» de remonter leurs filets pleins ou vides. Pour l’association écologiste, reprenant des chiffres de l’ONU, chaque année, quelque 640.000 tonnes de filets, lignes et pièges en tous genres sont perdues ou abandonnées au fond des mers.

Si perdre du matériel est (très) rarement volontaire, c’est l’équivalent de 55.000 bus à impériale anglais gisant dans les profondeurs abyssales. Au-delà de la pollution proprement dite, Greenpeace s’insurge contre ces pièges mortels que constituent ces filets et autres casiers laissés à l’abandon. Les filets abandonnés tuent annuellement 100.000 baleines, dauphins, otaries, phoques et autres tortues, estime pour sa part l’ONG World Animal Protection.

600 ans pour voir la matériel se désintégrer

Selon la FAO, l’organisation de l’ONU pour l’agriculture et l’alimentation, 10 % des matières plastiques qui polluent les mers sont originaires de la pêche. Une évaluation qui serait en deçà de la réalité selon Greenpeace. Qui souligne un autre problème: l’absence de gouvernance internationale pour gérer cette question. En effet, 64 % des océans échappant à la souveraineté des pays, il est bien difficile de harponner les fautifs. Et il faut 600 ans pour que le matériel incriminé ne finisse par se désintégrer.

Comente este artigo

O artigo foi publicado originalmente em Le Figaro.

Anterior Dia da Floresta Autóctone - 27 de novembro - Coimbra
Próximo IVV disponibiliza processo para alteração da titularidade do Enquadramento Legal da Parcela de Vinha

Artigos relacionados

Últimas

Acordo UE-Mercosul: “Certezas a 100% são impossíveis”

Não há maneira de garantir “a 100%” que depois da assinatura do acordo comercial entre a União Europeia e os países do Mercosul não vai entrar em território europeu nenhuma soja proveniente de áreas desflorestadas, […]

Notícias PAC pós 2020

Proposta de financiamento da UE não é adequada nem justa para Portugal, diz António Costa

A proposta de orçamento para a União Europeia tem recebido algumas críticas, nomeadamente do primeiro-ministro português. A Comissão […]

Últimas

IG para a “Azeitona Galega da Beira Baixa” foi uma das grandes marcas de 2019 para a APABI

A atividade da APABI ao longo de 2019 tem sido marcada pelo objetivo de produção de azeites de qualidade, através de um conjunto de ações ao nível dos vários estádios da fileira regional do azeite e da azeitona de mesa. […]