VRAI-FAUX. Ceta: connaissez-vous l'accord commercial avec le Canada ?

VRAI-FAUX. Ceta: connaissez-vous l'accord commercial avec le Canada ?

Le Ceta, accord de libre-échange entre Canada et Union européenne, entre provisoirement en vigueur. Il fait l’objet d’autant de critiques justifiées que de purs fantasmes. Décryptage.

On mangera du boeuf aux hormones

Faux. Le Canada ne peut pas exporter de produits dopés aux hormones de croissance, OGM ou autre additif alimentaire interdits en Europe. « Nous sommes tenus de respecter les normes sanitaires européennes et l’étiquetage », affirme Pierre Pettigrew, l’envoyé spécial Ceta du Canada. Il n’y aura pas de poulet chloré non plus. Ce qui est vrai, c’est que nous dégusterons davantage d’entrecôtes des grandes plaines canadiennes, où l’élevage est intensif. Le Canada compte en exporter onze fois plus (de 4 000 à 46 000 t). Et treize fois plus de porcs (75 000 t).

On payera moins cher le sirop d’érable

Vrai. 510 millions d’Européens et 35 millions de Canadiens profiteront de la fin des droits de douane sur 98 % des produits. Cette taxe était de 8 % pour le sirop d’érable. Si le prix ne diminue pas d’autant, c’est qu’un commerçant se sucre au passage…

Le Canada n'est que le douzième partenaire commercial de l'Union européenne. Le Canada n’est que le douzième partenaire commercial de l’Union européenne. | service infographie

On taxera moins le pétrole sale

Faux. Pierre Pettigrew ne voit aucun « projet d’oléoduc avancé » vers l’UE pour le pétrole issu des sables bitumineux. Pour l’instant, il est raffiné aux États-Unis. À l’exportation, ce carburant sera donc considéré comme américain, et taxé comme tel. Ce qui ne change rien au fait que ces sables génèrent 41 % d’émissions polluantes de plus qu’un pétrole classique. Émissions qui ne réchauffent pas que le Canada…

On polluera moins

Faux. L’accord doit accroître de 20 à 25 % les échanges commerciaux : le surcroît de trafic générera davantage de CO2. « Or, rien n’est prévu pour compenser ces émissions supplémentaires », note la Commission indépendante voulue par Emmanuel Macron, qui recommande d’instaurer un marché du carbone commun. Le Canada aura le sien en 2018 ; la France vient de le proposer aux Européens.

On a signé pour la vie

Faux. L’Assemblée nationale française n’a pas encore ratifié le Ceta. Il peut donc évoluer, si les députés adoptent les recommandations de la Commission Macron. L’accord comprend aussi un Forum de coopération, chargé d’harmoniser les réglementations. Il a déjà un dossier sur la table : le Canada a choisi de ne pas classer comme OGM les techniques génétiques dernière génération, tandis que l’UE n’a pas encore tranché. Aux citoyens européens d’être vigilants.

Comente este artigo
Anterior Etats généraux de l’alimentation J.-M. Séronie: « Il faut permettre aux producteurs d'adapter leurs entreprises »
Próximo Paroles de lecteurs La gestion des chardons, un sujet épineux

Artigos relacionados

Internacional

Analyst predicts 2017/18 world sugar balance to move into surplus

By Adam Sharpe
Published: 06 February 2017 04:14 PM

The world sugar balance will move into surplus in the 2017/18 marketing year, […]

Internacional

Top articles Les cinq articles immanquables de la semaine

Articles les plus lus cette semaine sur Terre-net (©Terre-net Média)
Les cinq articles les plus lus cette semaine sur Terre-net :
© […]

Internacional

El sector del huevo genera en España un negocio que roza los 1.000 millones al año

DÍA DEL HUEVO

España y el resto del mundo celebran el Día del Huevo poniendo el foco en aspectos sanitarios, […]