Salon de l'agriculture. Forces et faiblesses de la “ferme France”

Salon de l'agriculture. Forces et faiblesses de la “ferme France”

Première en Europe, l’agriculture française est un poids lourd de l’export. Mais sa rentabilité laisse à désirer et elle est très dépendante des subventions. Tour d’horizon.

Le salon de l’agriculture ouvre ses portes samedi 25 février à Paris, jusqu’au 5 mars, porte de Versailles, à Paris. Toujours championne d’Europe, l’agriculture française a cependant un urgent besoin d’accroître sa rentabilité.

Elle est numéro 1 en Europe

L’agriculture française est toujours la première d’Europe. En surface cultivée, d’une part : même en baisse, elle est de 28 millions d’hectares. Soit la moitié de la France métropolitaine. Et autant que les terres agricoles de l’Allemagne et de l’Italie réunies. Elle est également championne en valeur, autant dans les productions végétales (devant l’Italie) qu’animales (devant l’Allemagne). Avec ses céréales, fruits et légumes, vins et alcools, poulets, veaux, vaches, cochons, chevaux, lait et oeufs, la « ferme France », c’est 69,2 milliards d’euros de production. Plus que le chiffre d’affaires d’Airbus, une fois et demie celui de Peugeot-Citroën.

C’est un poids lourd de l’export

Dans la France des années 1950, l’agriculture, c’était un huitième de l’économie française. Elle n’en représente qu’un peu moins de 3 %. Elle s’est fait doubler par l’industrie agroalimentaire, qui, avec ses 190 milliards de chiffre d’affaires, produit encore plus que l’énorme appétit des ménages français (140 milliards d’euros par an). La ferme France reste cependant un poids lourd du commerce extérieur : 58,7 milliards exportés avec un solde positif de 6,1 milliards en 2016. Un résultat cependant moins bon que l’année précédente. La campagne de céréales catastrophique n’explique pas tout. L’économiste Louis Bourgeois tire la sonnette d’alarme : « Il faut s’inquiéter de voir se creuser chaque année davantage notre balance commerciale dans certains domaines. Ceux du poulet transformé, ou des fruits frais et en conserve, atteignent aujourd’hui 5 milliards ! »

Elle reçoit 10 milliards de subventions

Autre faiblesse, le manque de rentabilité des exploitations françaises. Sans subvention, 54 % d’entre elles seraient dans le rouge. La proportion atteint 57 % dans les bovins à lait, 69 % dans les céréales et oloéprotégineux, 75 % dans les bovins mixtes (lait et viande), les moutons, brebis et chèvres. Et jusqu’à 85 % dans les bovins à viande. Même après subventions – et l’agriculture française en reçoit pour 10 milliards par an – plus d’une exploitation sur dix reste déficitaire. D’ailleurs, alors que l’an dernier le nombre de défaillances d’entreprises a baissé de 8 % pour l’ensemble de l’économie, il a augmenté de 4 % en agriculture (en particulier dans le lait et le porc).

Respecter la nature, un défi

Bonne ou mauvaise, la tendance est à la concentration des exploitations : plus de 2 millions dans les années 1950, presque 500 000 en 2010, elles ne sont plus que 450 000 en 2013. Logiquement, la surface moyenne augmente : 43 hectares en 2000, 61 hectares aujourd’hui. Le nombre d’exploitants est au diapason : 764 000 en 2000, 578 000 en 2013, auxquels s’ajoutent environ 300 000 salariés. La part de l’agriculture dans l’emploi français a été divisée par dix depuis l’après-guerre. Les gains de productivité sont galopants. Bientôt, serres à tomates réglées comme des Formule 1, robots pour distribuer le fourrage, labours en pilote automatique seront choses banales. En espérant que soit réglé l’ultime défi : produire plus, vendre plus cher… sans que l’environnement ne reste, lui, dans le rouge. D

Comente este artigo
Anterior Salon de l'agriculture. Rendez-vous immanquable pour les politiques
Próximo Conférence Axema-EurAgEng Favoriser les relations entre industriels, laboratoires de recherche et écoles

Artigos relacionados

Internacional

EU agriculture policy diary: the week ahead (January 16-20)

By Paul Hutchison
Published: 13 January 2017 04:46 PM

The leadership roles of the European Parliament and the composition of its various committees, including that for agriculture and rural development (ComAgri), will be reshuffled over the coming days.

Mid-termelections for the 2014-2019 term will be held onTuesday (January 17) and
… […]

Internacional

Commission extends CAP payments application deadline

By Timothy Maler
Published: 08 May 2017 11:04 AM

The European Commission has extended the deadline for member states to accept applications from farmers for 2017 CAP payments by one month, from May 15 to June 15.

The EU executive announced the extension last week (May 4), […]

Internacional

El capital asegurado por pólizas en el campo supera los 12.700 millones de euros

SEGUROS AGRARIOS

Los agricultores y ganaderos españoles suscribieron más de 423.000 pólizas del seguro agrario durante 2016, con un capital asegurado superior a los 12.700 millones, según Enesa.

EFEAGRO

El director de Enesa, Jose María García de Francisco, […]