Saint-Malo. Route du rock : l’affaire des tas de fumier rebondit

Saint-Malo. Route du rock : l’affaire des tas de fumier rebondit

Le mardi 15 août, en début d’après-midi, Jean-Luc Lecoulant, agriculteur à Saint-Père-Marc-en-Poulet, a déversé plusieurs tas de fumier sur des terrains lui appartenant en proximité du Fort Saint-Père. Pourquoi ? En raison d’un conflit avec les organisateurs.

Le site du Fort Saint-Père qui accueillait le festival No Logo, le week-end dernier, était en passe de changer ses habits de lumière pour passer du reggae à la pop avec l’ouverture du festival la Route du Rock qui débute le vendredi 18 août. Mais un agriculteur, propriétaire de plusieurs terrains en proximité du Fort, a décidé de déposer plusieurs tas de fumier en proximité du site.

« S’il a déposé ce fumier, c’est parce qu’il ne peut plus utiliser l’électricité du Fort pour alimenter les clôtures qui protègent ses vaches, précise François Floret, le directeur du festival la Route du Rock, très remonté contre ce nouvel incident avec l’agriculteur. Au début, nous relations étaient cordiales et conviviales. Depuis dix ans, elles sont détestables. Mais là, ça dépasse les limites. Ce qu’il fait est totalement interdit. Il utilise l’électricité d’un bien public pour ses intérêts privés. Nous avions déjà signalé ce problème l’an dernier. Rien n’a bougé. Cette année, nous avons pris les devants, nous avons débranché les clôtures. Pourquoi ? Pour des raisons de sécurité tout simplement. S’il y a un problème électrique et qu’il faut évacuer le site, nous aurons des soucis et nous serons responsables ».

Demis de son poste d’adjoint

Concrètement, après une journée de mardi très tendue, personne ne pouvait intervenir puisque l’agriculteur qui est également adjoint à la commune de Saint-Père, était dans son bon droit en déployant des produits naturels sur ses propres terrains.

Toutefois, l’histoire des tas de fumier du Fort Saint-Père a pris une tournure plus politique, mercredi. Dans la matinée, Jean-Francis Richeux, le maire de Saint-Père-Marc-en-Poulet, a signifié à Jean-Luc Lecoulant, son 5e adjoint en charge des travaux, de la voirie et des forêts, qu’il lui retirait sa délégation.

« Bien que nous soyons dans une affaire de domaine privé, le fait de déposer des tas de fumier près du fort, à quelques jours de l’ouverture du Fort Saint-Père, est un élément déclencheur, explique Jean-Francis Richeux. Depuis quelques mois, il y a une addition de faits qui provoque une incompatibilité aujourd’hui. Un conseil municipal c’est avant tout une question de confiance et de collaboration entre les hommes. Là, ce n’est plus possible ».

Démis de ses fonctions, Jean-Luc Lecoulant reste pour l’heure conseiller municipal. Quant aux tas de fumier, ils semblent également partis pour rester… Absent, Jean-Luc Lecoulant n’a pas pu répondre à nos questions.

Comente este artigo
Anterior IACA: VI Jornadas de Alimentação Animal em Setembro - 21 de Setembro 2017 - Fátima
Próximo La producción de legumbres en Andalucía sube un 49,1 % entre 2014 y 2016

Artigos relacionados

Internacional

Impact assessment needed on SDGs, COP22 and trade in agriculture – EESC

By Timothy Maler
Published: 22 February 2017 04:16 PM

The European Economic and Social Committee (EESC) has asked the European Commission for an impact assessment on the role of the UN Sustainable Development Goals (SDGs) and the Paris climate change agreement (COP22) on agriculture and trade. […]

Internacional

Presupuesto estable para agricultura, pesca y alimentación en 2017

Proyecto de Presupuestos Generales del Estado

El proyecto de Presupuestos Generales del Estado (PGE) de 2017 prevé 7.422 millones de euros para las políticas de “Agricultura, Pesca y Alimentación”, un 0,3 % más que en 2016. Pero baja un 8,1 % la dotación para el Ministerio que las gestiona. […]

Internacional

Gómez-Reino: Exigimos más transparencia en los acuerdos comerciales de la UE

ENTREVISTA AL PORTAVOZ DE AGRICULTURA DE GCUP-EC-EM

El portavoz de Unidos Podemos-En Comú Podem-En Marea (GCUP-EC-EM) en la Comisión de Agricultura, Alimentación y Medio Ambiente del Congreso, Antonio Gómez-Reino, reclama mayor transparencia en los procesos de negociación de tratados de libre comercio con terceros países. […]