Saint-Malo. Route du rock : l’affaire des tas de fumier rebondit

Saint-Malo. Route du rock : l’affaire des tas de fumier rebondit

Le mardi 15 août, en début d’après-midi, Jean-Luc Lecoulant, agriculteur à Saint-Père-Marc-en-Poulet, a déversé plusieurs tas de fumier sur des terrains lui appartenant en proximité du Fort Saint-Père. Pourquoi ? En raison d’un conflit avec les organisateurs.

Le site du Fort Saint-Père qui accueillait le festival No Logo, le week-end dernier, était en passe de changer ses habits de lumière pour passer du reggae à la pop avec l’ouverture du festival la Route du Rock qui débute le vendredi 18 août. Mais un agriculteur, propriétaire de plusieurs terrains en proximité du Fort, a décidé de déposer plusieurs tas de fumier en proximité du site.

« S’il a déposé ce fumier, c’est parce qu’il ne peut plus utiliser l’électricité du Fort pour alimenter les clôtures qui protègent ses vaches, précise François Floret, le directeur du festival la Route du Rock, très remonté contre ce nouvel incident avec l’agriculteur. Au début, nous relations étaient cordiales et conviviales. Depuis dix ans, elles sont détestables. Mais là, ça dépasse les limites. Ce qu’il fait est totalement interdit. Il utilise l’électricité d’un bien public pour ses intérêts privés. Nous avions déjà signalé ce problème l’an dernier. Rien n’a bougé. Cette année, nous avons pris les devants, nous avons débranché les clôtures. Pourquoi ? Pour des raisons de sécurité tout simplement. S’il y a un problème électrique et qu’il faut évacuer le site, nous aurons des soucis et nous serons responsables ».

Demis de son poste d’adjoint

Concrètement, après une journée de mardi très tendue, personne ne pouvait intervenir puisque l’agriculteur qui est également adjoint à la commune de Saint-Père, était dans son bon droit en déployant des produits naturels sur ses propres terrains.

Toutefois, l’histoire des tas de fumier du Fort Saint-Père a pris une tournure plus politique, mercredi. Dans la matinée, Jean-Francis Richeux, le maire de Saint-Père-Marc-en-Poulet, a signifié à Jean-Luc Lecoulant, son 5e adjoint en charge des travaux, de la voirie et des forêts, qu’il lui retirait sa délégation.

« Bien que nous soyons dans une affaire de domaine privé, le fait de déposer des tas de fumier près du fort, à quelques jours de l’ouverture du Fort Saint-Père, est un élément déclencheur, explique Jean-Francis Richeux. Depuis quelques mois, il y a une addition de faits qui provoque une incompatibilité aujourd’hui. Un conseil municipal c’est avant tout une question de confiance et de collaboration entre les hommes. Là, ce n’est plus possible ».

Démis de ses fonctions, Jean-Luc Lecoulant reste pour l’heure conseiller municipal. Quant aux tas de fumier, ils semblent également partis pour rester… Absent, Jean-Luc Lecoulant n’a pas pu répondre à nos questions.

Comente este artigo
Anterior IACA: VI Jornadas de Alimentação Animal em Setembro - 21 de Setembro 2017 - Fátima
Próximo La producción de legumbres en Andalucía sube un 49,1 % entre 2014 y 2016

Artigos relacionados

Internacional

Agroéquipements Mikko Lehikoinen, Valtra : « L’avenir sera brillant pour les agriculteurs ! »

« L’avenir sera brillant pour les agriculteurs qu’il s’agisse de développement de productivité ou bien de nouvelles technologies, explique Mikko Lehikoinen, directeur marketing Valtra Monde.
Pour Valtra, nous avons de nombreux programmes de développements technologiques en cours au sein d’Agco. […]

Internacional

China and EU accept WTO ruling on poultry dispute

By Max Green
Published: 21 April 2017 12:50 PM

China and the EU effectively drew a line under a dispute over poultry import quotas this week as they accepted a recent World Trade Organization (WTO) ruling on the issue.

In a decision announced late last month, […]

Internacional

Mortagne-au-Perche Dans la ferme de Sarah Singla, le végétal a remplacé le métal

Sarah Singla est venue vanter les mérites de l’agriculture de conservation des sols
La ferme de Sarah Singla, dans l’Aveyron, est un modèle d’agriculture raisonnée (semis direct sous couvert végétal). Depuis 1980, l’exploitation (qui appartenait à son grand-père) a banni le travail du sol. […]