HONTE AUX SAGES! Comment nos jeunes agriculteurs vont-ils pouvoir s'installer?

21/03/2017 par Michel Tendil

 La loi sur l’accaparement des terres agricoles et au développement du biocontrôle a été publiée le 21 mars… mais privée de sa principale disposition. Les Sages ont en effet censuré, le 16 mars, l’article 3 de la loi qui permettait aux Safer (sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural) de faire usage de leur droit de préemption en cas de cessions partielles de parts de sociétés, afin de contrecarrer les prises de contrôle des terres par des sociétés financières.

Ce droit de préemption – initialement limité aux biens mobiliers et immobiliers – avait été déjà étendu par la loi d’avenir pour l’agriculture de 2014 aux ventes totales de parts de sociétés, sachant que le mode sociétaire est de plus en plus répandu dans le monde agricole.
Mais le dispositif restait imparfait : il suffisait pour un investisseur de racheter – au moins dans un premier temps – un pourcentage des parts, pour échapper à la Safer. En outre, pour un agriculture à l’âge de la retraite, créer ainsi une société et en revendre les parts permet d’en dégager un profit important afin d’assurer ses arrières.
C’est exactement ce qui s’était produit lors du rachat de 1.750 hectares de terres par un fonds chinois dans l’Indre l’an dernier, les terres ayant été vendues trois fois le cours local. Ce phénomène soulève plusieurs questions. Il engendre des difficultés d’installation pour les jeunes agriculteurs, fait peser un problème de souveraineté alimentaire (lorsque ces terres produisent pour un pays étranger), le tout sur fond de spéculation foncière…

Seulement, le Conseil constitutionnel a jugé que ces nouvelles dispositions “portent une atteinte disproportionnée au droit de propriété et à la liberté d’entreprendre“, comme l’avaient fait valoir les 79 députés Les Républicains à l’origine de la saisine. Ces derniers avaient argué qu’en cas de cessions partielles, les autres sociétaires se verraient imposer la présence d’un associé non choisi : la Safer elle-même ou la personne à laquelle cette dernière aurait rétrocédé ses parts. Ce qui contreviendrait au fondement du droit des sociétés : le principe de l’affectio societatis.
Le Conseil constitutionnel avait déjà censuré les mêmes dispositions insérées dans la loi Sapin 2, au motif cette fois qu’elles étaient trop éloignées de l’économie générale de ce texte sur la lutte contre la corruption.

Références : Conseil constitutionnel, décision n° 2017-748 DC du 16 mars 2017, loi relative à la lutte contre l’accaparement des terres agricoles et au développement du biocontrôle ; loi n° 2017-348 du 20 mars 2017 relative à la lutte contre l’accaparement des terres agricoles et au développement du biocontrôle.

Rappelons cet article du Figaro :

http://www.lefigaro.fr/societes/2016/04/13/20005-20160413ARTFIG00138-des-terres-agricoles-rachetees-par-un-mysterieux-groupe-chinois-dans-le-berry.php

Extrait :

Des terres agricoles rachetées par un mystérieux groupe chinois dans le Berry et des transactions exemptées de tout contrôle

….Si ces transactions foncières posent question, c’est avant tout parce qu’elles manquent cruellement de transparence. En effet, pour acquérir ces terres, le groupe chinois a utilisé une méthode étonnante et pourtant parfaitement légale. «Les investisseurs sont allés voir les exploitants qui tiennent une structure individuelle, leur ont demandé de se mettre en société agricole avant de racheter 98% des parts sociales», détaille Hervé Coupeau. Une opération qui supprime toute obligation de droit de regard. Et pour cause, sur ce marché, si la cession des parts de société agricole n’atteint pas les 100%, les actionnaires ne sont pas obligés de se manifester et la transaction peut dès lors échapper à tout contrôle.”….

Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Comente este artigo
Anterior La société de restauration collective Provence Plats change de nom
Próximo Video da Conferência do Conselho de Ministros extraordinário da Floresta de 21 de Março 2017

Artigos relacionados

Internacional

El aceite de oliva, un elemento diferenciador de las conservas pesqueras españolas

El ACEITE DE GIRASOL, EL MÁS UTILIZADO

Las empresas adheridas a la Asociación Nacional de Fabricantes de Conservas de Pescado y Marisco (Anfaco-Cecopesca) utilizan 100.000 toneladas de aceite vegetal cada año de media, de las cuales, entre un 30 y un 35 % son de “oliva”. […]

Internacional

Más leñosos y menos herbáceos en España

SUPERFICIES AGRÍCOLAS

La superficie de tierras de cultivo en España se mantiene estable desde hace varias campañas (16,98 millones de hectáreas), pero la Encuesta sobre Superficies y Rendimientos (Esyrce) 2016 refleja un ligero aumento (+0,13 %) de la extensión de leñosos y una leve bajada (-0,53 %) de los herbáceos. […]

Notícias PAC pós 2020

La Eurocámara aprueba las enmiendas de insularidad de la PAC propuestas por el PP

[Fonte: Agropopular – UE]
Biel Company, presidente del PP de Baleares, junto al comisario europeo de Agricultura, Phil Hogan (Fuente: archivo PP)
La comisión de Agricultura del Parlamento Europeo ha aprobado las enmiendas sobre insularidad que presentó el presidente del Partido Popular (PP) de Baleares, […]