Des expérimentations pour une agriculture innovante

Des expérimentations pour une agriculture innovante

« La mission de Terres Inovia est d’améliorer par l’innovation et une expertise indépendante la compétitivité des cultures oléagineuse, protéagineuses et du chanvre », explique Olivier Mangenot, animateur de la station d’expérimentation installée à Liverdun, avenue du Gard, « ceci en adaptant la production agricole au contexte économique, aux exigences réglementaires, environnementales et aux demandes sociétales ».

A Liverdun, Olivier Mangenot anime l’une des 9 stations et unités d’expérimentation de Terres Inovia, institut technique de recherche et de développement des producteurs d’oléagineux, de protéagineux, de chanvre et de leurs filières. L’objectif de cet organisme reconnu par le ministère de l’Agriculture, né de la fusion en 2015 du CETIOM et de l’UNIP, est concrètement d’améliorer la production, la qualité et les débouchés des oléagineux, des protéagineux et du chanvre. Et aussi de promouvoir les produits finaux de la filière comme l’huile, les tourteaux, les graines et les fibres. Ses programmes de recherche, financés à 70 % par la cotisation volontaire obligatoire payée par les agriculteurs, concernent essentiellement le colza, le tournesol, le soja, le lin oléagineux, le pois, la féverole, le lupin et le chanvre.

Le secteur d’expérimentation de la station liverdunoise est la Lorraine et l’Alsace où l’espèce la plus emblématique est le colza. « Avant de s’installer à Liverdun en 2016, la station était auparavant à Griscourt », souligne Olivier Mangenot, travaillant avec Mathilde Colson, technicienne d’expérimentation.

Test de nouvelles variétés et désherbage mécanique

« Nous travaillons dans des conditions réelles sur des parcelles d’agriculteurs volontaires, à Saizerais, Toul, Villers-en-Haye… On sème, on fait des observations et on récolte. Il s’agit pour nous de tester de nouvelles variétés, d’évaluer les produits phytosanitaires, d’étudier les propriétés nutritionnelles des oléagineux et des protéagineux et d’améliorer les procédés technologiques. En ce moment, nous travaillons tout particulièrement sur l’enfouissement des engrais. Nous avons mis en place des capteurs pour mesurer l’émanation de protoxyde d’azote, puissant gaz à effet de serre. En enfouissant les engrais, nous pouvons espérer diminuer l’émanation. »

La station liverdunoise expérimente aussi le désherbage mécanique dans le but de diminuer la part d’utilisation de produits chimiques. « Nos essais ont lieu sur des parcelles allant de 300 m² à 3 ha », détaille Olivier Mangenot. Pour mener toutes leurs expérimentations dépendant d’un programme national, les experts de Terres Inovia disposent d’un stock de semences et d’un matériel spécifique soigneusement rangés dans un entrepôt d’environ 700 m². « Nous avons une bineuse avec caméra et enfouisseur d’engrais, des outils pour mesurer la biomasse, des capteurs et des drones permettant d’effectuer des mesures multi-spectrales, etc. »

Comente este artigo
Anterior Pétition d'associations pour changer d'agriculture
Próximo Agriculture, écologie, outre-mer… les nouvelles promesses de Benoît Hamon

Artigos relacionados

Internacional

Canicule et sécheresse Déjà 29 départements ont restreint les possibilités d’irrigation

L’irrigation est désormais interdite dans certains secteurs d’une dizaine de départements. (©Terre-net Média) 
Mardi 20 juin 2017, 29 départements avaient placé une partie de leur territoire à un niveau plus élevé que la simple vigilance en matière de sécheresse. […]

Internacional

Miser sur le collectif pour réussir la transition agricole

Présidentielle
5 h

Trois réseaux agricoles présents au niveau national invitent les candidats à la présidentielle à financer les démarches collectives en agriculture pour accompagner la mutation du secteur.

L’association Trame, le réseau Civam et la FNCuma plaident pour une « transformation profonde des métiers de l’agriculture » […]

Internacional

Carrefour va vendre des légumes « interdits » en soutien aux agriculteurs

L’enseigne de supermarchés va mettre en vente des légumes issus de variétés anciennes dont les graines ne sont pas homologuées par l’Etat français. Elle souhaite ainsi préserver la biodiversité et soutenir les agriculteurs dans leur combat. La Confédération paysanne a salué l’initiative.
Plusieurs magasins Carrefour d’Île-de-France et de Bretagne vont commercialiser des variétés anciennes de légumes. […]