Dans dimoitounews, les futurs menus bios à la cantine

Dans dimoitounews, les futurs menus bios à la cantine

En 2020, les cantines scolaires devront acheter 20 % de leur nourriture auprès d’agriculteurs bios… Et d’agriculteurs qui travaillent tout près de l’école. Ainsi, les plats seront plus goûteux et plus sains. Cette information et quatre autres articles sont à lire, dès maintenant, dans dimoitounews, le journal numérique des 7-12 ans.

Il est midi et demi. Tu te propulses hors de la classe à la vitesse de l’éclair, direction la cantine ! Aujourd’hui, au menu : des carottes râpées. Zut, tu aurais préféré manger des frites ! Tu goûtes quand même ces carottes… Stupeur : tu te régales ! Elles sont fraîches et pleines de goût. La cantinière t’explique : aujourd’hui, ce sont des carottes bios qui ont été cuisinées. Elles ont été cultivées non loin de ton école. Récoltées hier, les carottes sont déjà ton assiette. Tout s’explique !Des scènes de ce type, il y en aura de plus en plus souvent dans les écoles. Car, d’ici le 1er janvier 2020, toutes les écoles, tous les collèges et tous les lycées devront proposer au moins 20 % de produits bios dans les menus. Un aliment sur cinq devra provenir de l’agriculture biologique.

Ce n’est pas tout. 40 % des produits seront issus de la production locale, dans les communes tout autour.

Le 23 novembre 2016, l’Assemblée nationale a voté cette loi à l’unanimité.Les produits biologiques ne contiennent pas de pesticides ou d’autres produits chimiques, utilisés régulièrement dans l’agriculture industrielle. Ils sont davantage chargés en nutriments et vitamines, ces éléments contenus dans la nourriture qui permettent au corps de grandir et de fonctionner.

Trois milliards de repas par an

Aujourd’hui, seulement 3 % des produits servis à la cantine sont issus de l’agriculture biologique. C’est peu. Les produits bios sont chers, car il n’y a pas suffisamment d’agriculteurs spécialisés. En 2015, le bio représentait seulement 6 % des terres agricoles cultivées.Il va falloir réorganiser beaucoup de choses d’ici 2020. Les cantines doivent trouver des agriculteurs de la région capables de leur fournir de grandes quantités de produits. Les besoins sont énormes : 3 milliards de repas sont servis chaque année en restauration collective !L’agriculture bio favorise les variétés de produits locaux qu’on ne connaît pas très bien. C’est le cas des légumes comme le panais, le rutabaga ou le topinambour. Ou de céréales et de légumineuses comme l’épeautre, le millet ou les lentilles blondes. Plein de belles découvertes à faire dans ton assiette !

Cette information et quatre autres articles sont à lire, dès maintenant, dans dimoitounews, le journal numérique des 7-12 ans.

Comente este artigo
Anterior EU countries divided ahead of zinc oxide review
Próximo Seminário "A reforma da floresta: necessidades e oportunidades" - UNAC - 14 de Fevereiro 2017 - Lisboa

Artigos relacionados

Internacional

Pneumatiques basse pression Alliance présente les Agriflex A389VF

 (©Alliance)
Alliance, un des spécialistes du pneu porteur pour les remorques, les épandeurs et les tonnes à lisier, lance officiellement à l’occasion d’Innov-Agri son nouveau pneu à basse pression : le A389 VF. « Respect des sols et des cultures, meilleur franchissement en zones sensibles, […]

Internacional

Congelez votre graisse : la dernière mode en médecine esthétique

Détruire la graisse en la réfrigérant, la réinjecter à d’autres endroits du corps ou privilégier les petites interventions rapides, telles sont quelques-unes des nouvelles tendances décrites par les chirurgiens et médecins esthétiques, réunis en congrès à Paris à partir de jeudi.
Plus besoin d’aiguilles, d’incision ou d’anesthésie. […]

Internacional

Bilan météorologique Juin 2017 très chaud en France

La chaleur a été omniprésente quasiment tout le mois. Deux périodes plus fraîches se sont dessinées, du 3 au 7 et les trois derniers jours du mois. La canicule, quand à elle, s’est manifestée du 19 au 22, faisant tomber des records mensuels de chaleur, […]