Biocarburants de première génération La Fop et l'Ufop pour un objectif d'incorporation obligatoire de 7 % après 2020

La Fop (Fédération française des producteurs d’oléagineux et de protéagineux) et l’Ufop (association allemande de promotion des huiles et des protéines végétales) demandent le maintien d’objectifs obligatoires pour les biocarburants de première génération dans la directive énergie renouvelable pour la période 2020-2030.

Selon elles, « c’est une condition nécessaire pour donner des perspectives aux agriculteurs et aux producteurs de biocarburants ainsi qu’à l’atteinte des objectifs ambitieux d’utilisation d’énergies renouvelables annoncés pour 2030. »

Pour les deux organisations, le développement des énergies renouvelables ne doit pas compromettre celles qui sont actuellement produites à partir de colza qui fournissent également des protéines végétales et des aliments pour animaux, mais au contraire prendre en compte leurs bénéfices pour l’environnement et promouvoir un développement complémentaire des biocarburants avancés.

L’Ufop et la Fop rappellent que « dans son “paquet d’hiver”, la Commission a proposé de réduire le plafond de biocarburants de première génération de 7 % en 2020 à 3,8 % en 2030 dans les carburants. De plus, la Commission a proposé l’introduction de mandats obligatoires d’incorporation de biocarburants avancés et a dans le même temps supprimé les objectifs d’incorporation spécifiques au transport. Les débouchés des producteurs d’oléagineux sont directement menacés par ces propositions. Sans objectifs d’incorporation pour les transports, les propositions de la Commission européenne peuvent conduire à la fin du secteur des biocarburants de première génération et conduiront à la chute du prix des graines ainsi qu’à un recul des surfaces consacrées aux oléagineux au niveau européen. »

Pour la Fop et l’Ufop, « l’ambition européenne en matière d’énergie renouvelable doit se traduire par un mandat obligatoire de 7 % pour la première génération coproductrice de protéines végétales et d’aliments pour le bétail, un développement des biocarburants avancés en plus de la première génération et la fixation d’objectifs dans les transports. Les biocarburants avancés ne seront pas disponibles en masse avant plusieurs années, leur développement est au mieux en cours et leur rentabilité est loin d’être prouvée jusqu’à aujourd’hui. »

© Tous droits de reproduction réservés – Contactez Terre-net

Comente este artigo
Anterior Búfalos, avestruces o camellos: exotismo ganadero para emprender
Próximo ¿Tensiones en el mercado del aceite de oliva?

Artigos relacionados

Internacional

New breeding techniques can boost food security in Africa, report finds

[Fonte: GLP] New breeding techniques can help Africa meet its food security and industrial needs while improving farmer livelihoods, […]

Internacional

La flota de cerco empieza la pesca del atún rojo en el cénit de la campaña

Desde el viernes

Los barcos de cerco saldrán mañana de puerto para empezar la campaña el viernes. Llega el momento fuerte de la temporada del atún rojo del Mediterráneo y Atlántico oriental, […]

Internacional

El sector de la acuicultura espera sacar a la trucha arco iris de la lista de “invasoras”

Reunión con la ministra

Las organizaciones del sector de la acuicultura se han reunido con la ministra de Agricultura y Pesca, […]