Aux Pays-Bas, les retraités suivront-ils leur parti ?

Aux Pays-Bas, les retraités suivront-ils leur parti ?

Ce 15 mars, les Néerlandais voteront pour le parti qui dirigera le pays. Une élection à haut risque, avec l’extrémiste Geert Wilders en embuscade. La formation des 50 + veut, elle, séduire les aînés.

Les Néerlandais adorent les jus de fruits et pédalent pour aller au boulot. Le résultat s’affiche dans les statistiques de l’OCDE : l’espérance de vie est de 81,4 ans aux PaysBas, un an de plus que la moyenne des pays occidentaux. « Nous sommes en bonne santé », se marre Maurice Koopman, numéro 2 du Parti 50 +, surnommé le parti poivre et sel depuis sa création en 2009. « Le gouvernement de Mark Rutte nous le fait bien payer ! »

Cet ancien manager dans l’audiovisuel parle du recul de l’âge du départ à la retraite. En 2012, il a été indexé sur cette formidable espérance de vie. Dès 2021, les Néerlandais devront travailler jusqu’à 67 ans, contre 65 ans actuellement. Puis 67 ans et 3 mois dès l’année suivante. « Les 70 ans sont prévus pour 2066… »

Retraite à 55 ans

Ces années de labeur supplémentaires ont fait bondir l’électorat du Parti travailliste (PvdA, socialiste), au pouvoir dans une coalition dirigée par la droite libérale du Premier ministre Rutte. En criant à la trahison, des ouvriers ont sauté sur cette proposition du 50 + : « Un départ à la retraite dès 55 ans. Ceux qui veulent travailler plus longtemps sont libres ! »

Le parti a grimpé dans les sondages. En novembre 2016, il devançait les socialistes. Mais depuis février, sa cote baisse. « Nous oscillons entre 6 et 10 sièges »résume Maurice Koopman. Un score décisif dans un pays où le dirigeant est élu à la proportionnelle à un tour, propice aux alliances les plus inattendues…

Il faut dire que le programme des 50 + est un drôle de fourre-tout. Il prône la légalisation du cannabis et une Europe recentrée sur « les sujets importants comme la Défense. Qu’elle cesse d’enquiquiner les citoyens avec des normes sur tout. » Les pêcheurs du Nord applaudissent…

Ce catalogue d’idées reflète la diversité politique de cette formation qui fait des émules en Europe du Nord. « Nous sommes des héritiers de la contestation des années 1970déclare le fringant sexagénaire, la crinière blanche soigneusement domptée. Nous continuons de protester, à une époque où l’opposition gauche-droite ne veut plus rien dire ! Moi, je viens de la gauche… »

Leur leader, Henk Krol, a lui dirigé un magazine gay. En 2013, alors qu’il était député, il a été accusé de ne pas avoir payé… les retraites de ses salariés. Il a démissionné, s’est justifié par une « situation financière critique » de son entreprise, L’affaire dégonflée, Krol s’est remis en selle.

Selon le journal NRC, l’homme sait roucouler à l’oreille des aîné(e)s, faire danser dans les maisons de retraite. Le vote des anciens a du poids dans les polders. La Nederlandse Spoorwegen (NS), le chemin de fer néerlandais, s’en est rendu compte. Elle a promis d’installer des toilettes dans les trains régionaux, nommés Sprinter bien qu’ils soient lents. La NS avait estimé qu’un arrêt toutes les 17 minutes était suffisant pour s’en passer. Les vieux usagers, non.

En 2014, les PaysBas comptaient 3,1 millions de retraités pour 17 millions d’habitants (Bureau centrale de la statistique). Une génération qui a profité à fond de l’État providence, un des plus généreux de l’UE. Le système de retraites repose sur deux piliers : le dispositif public (l’AOW) d’environ 1 000 € brut par mois, auquel s’ajoutent les revenus du fonds de pension choisi par l’entreprise.

Aucune alliance rejetée

La situation de Toon Pepers, 88 ans, retraité d’une filiale privée des chemins de fer, ferait pâlir de jalousie la plupart des vieux Européens : « 32 000 € par an. » Il votera encore « libéral. Quand l’entreprise va, tout va », estime-t-il, au milieu du carnaval de Tilburg, ville pauvre du sud.

Orlando Jonga, 65 ans, ne votera pas. Pour compléter ses minima sociaux, il vend le Straatniews, le journal des gens de la rue, à La Haye, pas loin du Parlement. Il a quitté le soleil de l’ancienne colonie du Surinam à 18 ans, pour « l’aventure du vieux continent »Il a enchaîné des petits boulots. « Je ne regrette rien, je n’attends rien des politiques. Et je ne suis pas vieux ! »

Mais il est noir de peau, et chagriné par le fait que les 50 + ne rejettent aucune alliance, y compris avec le parti d’extrême-droite du député Geert Wilders, qui vient de chuter à la deuxième place dans les sondages.

Comente este artigo
Anterior Colère de la FDSEA qui a bloqué les entrées de la Direction départementale des territoires à ...
Próximo Exposition de photos, les agriculteurs se montrent au travail

Artigos relacionados

Internacional

Wisconsin residents can legally buy Irish butter again

Residents in the US state of Wisconsin who love Irish butter will soon be able to buy it in their dairy-obsessed home state, […]

Internacional

Study calls for CAP policy on ‘sustainable productivity’

By Timothy Maler
Published: 08 May 2017 03:49 PM

Increasing ‘sustainable productivity’ by boosting ‘total factor productivity’ […]

Internacional

Top articles Les cinq sujets incontournables de la semaine

Les cinq articles les plus lus sur Terre-net cette semaine. (©Terre-net Média)
Les cinq articles préférés des lecteurs de Terre-net cette semaine :
© […]