A quand un autre projet pour l'agriculture ?

A quand un autre projet pour l'agriculture ?

Steak Machine, parution 2017Steak Machine, parution 2017La Bretagne doit se poser les bonnes questions sur son avenir agricole, et malheureusement ce n’est pas en stigmatisant un élevage que les choses iront mieux…

Il est des tendances lourdes que les dirigeants ne peuvent ignorer. Alors que dans les familles et dans les cantines scolaires, végans, végétariens et mangeurs de viande s’affrontent, le débat gagnerait à gagner de la hauteur en s’inscrivant dans du long terme : allons nous longtemps encore fermer les yeux sur les conditions d’élevage et d’abattage des animaux pour 90% d’entre eux ? A partir du moment où l’on mange de la viande, comment ignorer ce qui précède la barquette que l’on achète au supermarché ?

Geoffrey Le Guilcher est allé travailler un mois dans un abattoir breton dont il a tu volontairement le nom pour protéger les collègues avec lesquels il a travaillé. Il n’a pas filmé, mais noté au jour le jour les observations, les maladies et les accidents du travail, les troubles musculo-squelettiques, les mains qui ne peuvent plus plier, les conditions très dures de la “tuerie”, désormais emmurée pour éviter les caméras de L214 (qui fait référence à l’article L214 du code rural qui reconnaît, depuis 1976 qu’un animal est un “être sensible”)…

Mais cacher la réalité ne la change pas. Que l’agro business breton emploie de nombreux salariés est un fait, mais ces salariés sont malheureusement trop souvent “cassés” à la cinquantaine et le recrutement est difficile, vu la dureté des postes et la pénibilité physique…
Le fait qu’un animal sur cinq (bovins) soit vivant après qu’on l’ait “tué” et bouge encore sur la chaîne, jusqu’à beugler, alors que les inspections du Ministère de l’Agriculture se multiplient, quelle sera la réaction des consommateurs après la diffusion de la vidéo de Pouldreuzic ?
L’été approche, les barbecues vont être de sortie, et les ouvriers commenceront plus tôt pour satisfaire la demande… de viande.
Et si un autre projet, plus respectueux des hommes et des bêtes voyait le jour ? Faudra-t-il attendre encore pour que l’on favorise une agriculture différente ?

Livres
Steak Machine (interdit de diffusion à Leclerc, car l’auteur aurait travaillé dans une filiale de Leclerc), Geoffrey Le Guilcher, 2017, éditions Goutte d’or

Comente este artigo
Anterior Nice: Pression sur l'olive, les producteurs n'ont réalisé qu'une «petite récolte»
Próximo A Maidstone, terre pro-Brexit, l'agriculture a besoin de bras européens

Artigos relacionados

Dossiers

Solo 914 mujeres menores de 25 recibieron ayudas directas de la PAC, frente a 3.270 hombres

[Fonte: Agropopular – UE]

En el ámbito de las personas físicas, en el ejercicio 2017 el porcentaje de mujeres perceptoras de ayudas directas de la Política Agraria Común (PAC) fue del 37,15%, frente al 62,85% de los hombres.
Estos datos se desprenden del informe “Ayudas Directas y Desarrollo Rural” […]

Internacional

La face cachée de la guerre de la banane bio

Tout a commencé au Salon de l’agriculture, avec un slogan fièrement brandi par les producteurs de banane de Martinique et Guadeloupe sur leur stand : « La banane française, mieux que BIO, c’est possible ! »
Mieux que bio ? Les bananes bio vendues en France sont importées depuis la République dominicaine principalement, […]

Internacional

Arracheuse traînée Grimme EVO : l'évolution de la série des SE

Grimme Evo 290 en version prototype. (©Grimme)
L’EVO 290 de Grimme est la première arracheuse de pommes de terre traînée avec une trémie de 9 tonnes. La capacité a été augmentée de 50 % par rapport à la SE 260. […]